Humanisez-vous votre animal de compagnie?


Étude américaine récente : la majorité des propriétaires de chiens se définissent davantage comme les parents de leurs animaux plutôt que comme leur propriétaire. On peut alors se demander s’il est correct d’humaniser son animal. Il faut absolument éviter d’humaniser les comportements de notre chien.


Il faut éviter de leur attribuer des sentiments humains trop complexes ou qui demandent une capacité cognitive trop importante. Les chiens vivent dans le moment présent et ont une courte capacité de gestions des événements passés et des événements futurs. Par exemple, la culpabilité fait partie de notre gamme émotionnelle et ne peut être transférable au chien.


Pour vivre de la culpabilité, il faut avoir une notion du passé. Un chien qui a éventré un sac à ordures, qui a répandu son contenu partout dans la cuisine et qui a l’air « coupable » lorsque l’on rentre du travail, réagit à notre état de mécontentement non verbal et non en raison d’un sentiment de culpabilité.


Autre exemple, la jalousie ou envie demande une transposition d’une situation ou d’un événement. Un chien qui s’approche vers vous pour être caressé ou qui quémande des caresses lorsque vous flattez un autre animal que lui, a tout simplement compris par association qu’il a davantage de chance d’entrer en relation avec vous ou d’avoir des caresses lorsque vous flattez un animal, êtes penchés, souriez, etc. plutôt que lorsque vous êtes assis à table en train de lire votre journal. La jalousie et l’envie demandent un processus cognitif trop important.


On peut humaniser nos animaux dans notre façon de vivre avec tant que cela ne cause pas de torts. Un chien de petite race dans qui passe sa période de socialisation dans les bras de son propriétaire (comme un bébé humain) aura tendance à développer des problèmes de comportements et c’est donc à proscrire.


Il n’y a pas de problèmes avec les gens qui habillent, parfument, utilisent du vernis à ongle, coupent ou font des tontes spéciales à leur animal, tant que leur animal n’en souffre pas. En fait tant que ça reste sans conséquences pour l’animal, que l’animal ne souffre pas d’allergie et supporte bien le produit, il n’y a pas de problème, mais il faut toujours demeurer conscient qu’on fait ça pour se faire plaisir à nous et non à notre animal.

logo-facebook.png

Charles Vétérinaire
Propriétaire de la Clinique vétérinaire rue Ontario inc.
(514) 442-7010

charlesveterinaire@gmail.com

1205, rue Ontario Est, Montréal, QC, H2L 1R4

© 2020 Charles Vétérinaire. Tous droits réservés.