Mais qui sont donc les hérissons?


Lorsqu’on parle d’un hérisson à un militaire, il pense à un obstacle mobile fait de barbelés qu installés aux frontières. Lorsqu’on parle d’un hérisson à un agriculteur, il pense à un rouleau métallique muni de pointes qui sert à écraser les mottes de terre dans les champs. Mais lorsqu’on parle d’un hérisson à un vétérinaire, on pense à cette merveilleuse petite bestiole que je vous ai emmenée en studio aujourd’hui !


Le hérisson est un membre de l’ordre des insectivores et de la famille des érinacéidés (tout comme la taupe et la musaraigne). Il origine de l’ancien monde (aucun hérisson n’est présent à l’état sauvage en Amérique) et on le retrouve partout dans l’ancien monde à l’état sauvage, sauf en Asie du Sud-Est. Il existe quatorze espèces de hérissons. Les deux espèces les plus fréquemment rencontrées sont le hérisson africain à ventre blanc et le hérisson européen. Il ne faut pas le confondre avec le porc-épic qui lui, est présent en Amérique et qui n’a aucun lien de parenté avec le hérisson.


Le hérisson est arrivé en Amérique du Nord à la fin des années 80. À cette époque, une surpopulation de hérissons était présente au Nigéria en Afrique. Des boîtes contenant des représentants de l’espèce ont été données à des expéditeurs New-Yorkais. Ils furent alors vendus comme animaux de compagnie. Les gens pouvaient payer 6 milles dollars pour posséder cet animal de compagnie tout à fait exotique. Quelques années plus tard, plusieurs milliers de hérissons ont été envoyés du Nigéria à New-York et ce, de façon illégale. L'engouement pour ce petit animal et son prix élevé de revente ont fait en sorte que de nombreux croisements consanguins ont été effectués et de nombreux désordres génétiques sont alors apparus dans certaines lignées.


On compte actuellement au États-Unis plus de quatre cent mille hérissons domestiques. Au Canada, la possession du hérisson a été légalisée en novembre 2002. Le hérisson fait partie de ce qu’on appelle les nouveaux animaux de compagnie. Celui que l’on rencontre comme animal de compagnie est le hérisson d’Afrique. À l’état sauvage, il a habituellement une espérance de vie de 2 à 3 ans alors qu’il peut vivre jusqu’à 8 ans en captivité.


Les hérissons sont des animaux très anciens qui existaient déjà à l’époque des dinosaures. Des fossiles provenant du Jurassique ont été retrouvés et démontrent que les ancêtres des hérissons actuels étaient très semblables aux hérissons du 21e siècle. Si l’on remonte à l’époque égyptienne, il est possible de retrouver des représentations de hérissons sur les murales illustrant diverses scènes familières.


Dans l’ancienne Égypte, la croyance voulait que le hérisson protège les morts. Ainsi, de nombreuses représentations de hérissons ont été retrouvées dans plusieurs tombes.


Quant aux Romains de l’Antiquité, ils utilisaient le hérisson pour célébrer une coutume encore présente aujourd’hui. Le 2 février de chaque année, ils observaient le hérisson sortir de son terrier. Si celui-ci voyait son ombre et avait peur, cela voulait dire que l’hiver allait être long et durer encore 6 semaines. C’est donc le hérisson qui est à l’origine de cette coutume reconduite chez nous, mais cette fois, en utilisant la marmotte comme référence. Bref, c’est le jour de la marmotte … mais c’est le hérisson qui en est le héros.


Au Moyen Âge, le hérisson était également associé à diverses croyances. Ainsi, on pensait que les cendres de sa peau pouvaient enrayer les problèmes de calvitie. De la même façon, on prétendait que la consommation de l’œil droit du hérisson, frit dans l’huile de lin, pouvait améliorer la vision nocturne.


À l’époque médiévale, le hérisson était associé à l’avarice et à la gourmandise. Cette association était faite en raison de l’habitude qu’a la mère hérisson de se rouler dans les raisins et autre petits fruits pour fixer à ses piquants les aliments destinés à ses rejetons âgés d’environ 2 mois.


Le hérisson est un animal nocturne, solitaire et très territorial. Il est un animal presque aveugle. Sa vision est donc très mauvaise et monochromatique. Par contre, son odorat et son ouïe sont conséquemment plutôt développés. À l’état sauvage, le hérisson peut parcourir des kilomètres à la recherche de nourriture (insectes, souris, musaraignes, petits oiseaux, grenouilles, escargots, serpents et quelques végétaux tels que des fruits, des légumes, des champignons, des racines, etc.).


En raison de cette grande consommation d’insectes, ont dit de lui en France, qu’il est l’ami incontournable des jardiniers. Il est donc omnivore et n’est pas du tout un végétarien strict comme plusieurs des petites espèces de mammifères domestiques. Ces espèces ont généralement un caecum (appendice chez l’homme) développé et fonctionnel leur permettant d’effectuer de la fermentation microbienne des fibres végétales. Ainsi, contrairement à plusieurs de ces petites espèces domestiques, les hérissons ne possèdent pas de caecum. De plus, les hérissons ont une résistance à certains venins. Par exemple, le hérisson d’Europe est résistant au venin de vipère. Il peut donc en tuer et en consommer sans danger. Les hérissons peuvent aussi se faire piquer par un scorpion sans même en souffrir. En plus, ils sont résistants aux défenses chimiques de certaines espèces d’insectes tels que les mille-pattes et les coléoptères qu’ils peuvent ainsi consommer.


Il faut de plus ajouter qu’ils ne sont pas réellement affectés par les piqures de guêpes et d’abeilles. On pourrait donc croire que rien ne les affecte. Les hérissons africains ont le dos couvert de piquants alors que leur ventre est couvert de poils blancs. D’ailleurs, le nom hérisson provient du mot hérissé qui selon la définition signifie couvert d’épines, de pointes. En raison de leurs épines, beaucoup de gens confondent encore le hérisson avec le porc-épic. Les hérissons et les porcs-épics n’ont en fait aucun lien de parenté. Contrairement au porc-épic, les épines du hérisson ne sont pas des poils modifiés et aucune glande sébacée n’est présente dans la région recouverte de piquants. La zone couverte par du poil en est très riche. Les épines sont aussi plus courtes et n’ont pas la forme d’un crochet qui reste pris dans la peau. Les épines du hérisson sont donc beaucoup moins dangereuses et beaucoup moins piquantes que celles du porc-épic. Il est à noter que la pousse de nouveaux piquants va induire un prurit chez l’animal et que cela est alors normal.


En Afrique, les plus grands prédateurs n’osent pas s’attaquer au hérisson en raison de ses nombreux piquants ainsi qu’en raison de son bruit d’intimidation. Par contre, certaines tribus africaines ont trouvé une astuce pour contrer la présence de ses piquants et pouvoir ainsi en consommer la chair. Après avoir été assommé, le hérisson est enduit d’argile et mis sur les braises. Une fois cuit, l’argile est retirée et les épines suivent. La viande peut alors être consommée sans danger.


Si l’on peut croire que la présence de piquants chez le hérisson fait en sorte qu’il s’agit d’un animal très peu allergène, il faut savoir que certaines personnes sont allergiques à cet animal et que les personnes allergiques au chat y sont prédisposées. Le muscle panniculus est un muscle présent sous la peau au niveau du dos chez les mammifères. Chez le hérisson, il est très épais et forme le muscle orbiculaire qui va de la tête au bout de la queue, ce qui permet au hérisson de rester roulé en boule pendant de longues périodes de temps et ce, sans se fatiguer. Il ne faut jamais tenter d’ouvrir un hérisson en boule, car cela pourrait lui causer des blessures musculaires au niveau de ce fameux muscle. Contrairement aux rongeurs (exemple chronique sur l’écureuil gris d’Amérique) les dents du hérisson ont des racines fermées, à croissance finie et n’ont donc besoin d’aucune taille.


Les mâles ont un pénis plutôt spécial : le prépuce est situé sur le ventre, en plein centre de l’abdomen. Aussi, il ne possède aucun sac scrotal, les testicules sont situées à l’intérieur de l’abdomen. Comme les cochons d’Inde, la symphyse pelvienne de ces animaux peut se fusionner s’ils n’ont pas eu de bébés en bas âge et ainsi causer des dystocies (mise bas difficile).


Tel que mentionné précédemment, le hérisson est un animal solitaire. Il est donc préférable de n’en posséder qu’un seul à la fois. Comme il est un grand marcheur, il faudra lui fournir une roue (sans barreau pour éviter les blessures) lui permettant de faire l’exercice dont il a besoin (d’autant plus que l’obésité est un problème de santé fréquent chez le hérisson gardé en captivité). Il faut par contre être averti.


Votre hérisson sera surtout actif la nuit. Il faut alors, par exemple, éviter de le garder dans la chambre d’un enfant. Il est également préférable de le nourrir le soir afin de respecter son rythme circadien naturel et de lui fournir un endroit où se cacher durant le jour. Le hérisson d’Afrique n’hiberne pas. Par contre, il peut tout de même tomber en état d’hibernation si la température ambiante est inférieure à 18oC.


Il faut donc le garder à une température située entre 24 et 29oC. En état d’hibernation, le métabolisme de l’animal diminue fortement et il devient prédisposé aux infections et pourrait ainsi en mourir. Les hérissons ont un comportement plutôt particulier nommé « auto-onction » ; c’est-à-dire qu’ils saliveront abondamment après avoir senti certaines odeurs et objets et étaleront cette salive sur leurs piquants grâce à leur pouvoir de contorsion spectaculaire. Le mystère entourant l’utilité de ce comportement est encore inconnu. Mais chose certaine, un hérisson qui salive beaucoup n’est pas nécessairement enragé comme la croyance populaire pourrait être portée à le croire.


Selon Santé Canada, 28% des hérissons sont des porteurs asymptomatiques de Salmonella. Il faut donc adopter des mesures d’hygiène et de prévention lorsqu’on manipule cet animal (lavage des mains, attention aux immunosupprimés, etc). Une culture de selles et une recherche de Salmonelle sont donc recommandées lors de l’examen vétérinaire d’achat. Les hérissons sont sujets au ulcères cornéens, proptoses oculaires, otites, aux dermatites (mite ou de contact : changer la cage fréquemment), aux pneumonies et maladies dentaires. Tel que mentionné précédemment, ils ont tendance à l’obésité, mais comme chez le chat, il faut faire attention à la lipidose hépatique lorsqu’on fait subir une cure de minceur à un hérisson. Ils sont aussi enclins à faire des cardiomyopathies dilatées d’origine inconnue (origine génétique ou alimentaire suspectée). Les hérissons sont aussi de véritables machines à tumeurs, des tumeurs de toutes sortes et pouvant atteindre plusieurs organes.


Si vous désirez adopter un hérisson à la maison, sachez qu’il s’agit d’un animal qui a certes beaucoup de charme, mais ne convient pas à tous. Il s’agit d’un animal solitaire, de nature peureuse. Cela, ajouté à sa présence d’épines sur le dos et à sa tendance à se mettre en boule, limite les interactions possibles avec un animal plus conventionnel. C’est un animal, qui bien sûr, est intéressant et a un petit quelque chose de particulier capable d’en charmer plus d’un. Il faut toutefois, peser adéquatement les pour et les contre lors de son adoption et ne pas le faire sur un simple coup de cœur, souvent éphémère.

logo-facebook.png

Charles Vétérinaire
Propriétaire de la Clinique vétérinaire rue Ontario inc.
(514) 442-7010

charlesveterinaire@gmail.com

1205, rue Ontario Est, Montréal, QC, H2L 1R4

© 2020 Charles Vétérinaire. Tous droits réservés.