L'histoire de Lili et de son amputation



L’histoire dont je voulais vous parlé aujourd’hui est celle de Lili! Lili est une jeune chatte de 3 ans qui m’a été présenté un soir en clinique. La propriétaire de Lili était inquiète puisque cette dernière était en non-appui sur son membre postérieur depuis qu’elle était rentrée de son escapade nocturne de la veille au soir.


À l’examen clinique Lili ne portait aucun appui sur son membre et à la manipulation de celui-ci, un craquement se faisait entendre. Malgré toutes les manipulations faites sur le membre de Lili, celui-ci ne semblait aucunement douloureux. Les craquements que l’on pouvait sentir a la manipulation de son membre suggérait une atteinte osseuse, c’est-à-dire plus précisément une fracture, alors que l’absence de douleur laissait présager quant à elle une atteinte nerveuse. Des radiographies du membre laissé de Lili devenaient donc des plus indiquées. C’est ce que nous avons alors fait !


Les radiographies on permit de mettre en évidence la fracture d’un des fémurs de Lili. Sur la radio que je vous présente à l’instant même à l’écran, on peut voir que Lili avait une fracture complète simple transverse situé à mi fémur qui ne présentait pas de déplacement osseux important. La fracture de Lili était donc médicalement parlant très belle. Situé à mi- fémur, l’os ne présentait pas trop d’éclats osseux. De plus il s’agissait de ce qu’on appelle une fracture fermée. C’est-à-dire qu’il n’y avait pas de communication entre la région osseuse et l’extérieur de l’animale.


Les fractures ouverte, c’est-à-dire celles où il y a lésions des tissus et qui communique avec l’extérieure, ont un bien moins bon pronostique en raison des infections bactériennes pouvant se produire. Donc la fracture de Lili était d’un point de vue vétérinaire très belle. Par contre, La situation de Lili présentait deux inconvénients majeurs. Tout d’abord l’absence de la perception de sensations douloureuses laissait présager que Lili pouvait avoir une atteinte nerveuse.


De plus les fractures des fémurs ne peuvent malheureusement pas s’immobiliser à l’aide d’un plâtre. Pour immobiliser une fracture avec un plâtre, il faut immobiliser les deux articulations adjacentes au site de fracture. L’inclusion des articulations adjacente dans le plâtre permet une immobilisation totale du site de fracture. Par exemple, si je me fracture l’humérus, le plâtre qui me serait fait recouvrirait autant la paume de ma main que mon coude. Dans le cas d’une fracture du fémur, on ne peut malheureusement pas aller immobiliser l’articulation de la hanche en raison de sa proximité avec le tronc de l’animale.


Dans le cas de Lili il aurait donc fallu immobiliser la fracture en insérant des tiges métalliques à l’intérieur de l’os du fémur. De plus, il aurait fallu poser sur l’os différents cerclages afin d’éviter les mouvements de rotation de celui-ci. Tout ceci-ci aurait pu être effectué sur Lili ! Par contre, il s’agit d’une chirurgie devant être pratiqué dans un centre spécialisé. La facture associée à une telle procédure aurait donc été plutôt salée !


Le constat était des plus déchirants ! Les propriétaires de Lili adoraient cette petite chatte au caractère fantastique. En fait toute la petite famille appréciait énormément la compagnie de cet animal et les petits bonheurs que celle-ci apportait à leur quotidien ! Mais, malheureusement, dans la vie, il faut parfois faire face à des choix déchirants. La somme à investir pour réparer chirurgicalement la fracture de Lili était plutôt importante. Comme bien des gens, les propriétaires de Lili n’étaient pas désireux d’investir un telle somme ayant d’autres priorités et d’autres obligations comme nous en avons tous. La situation était donc des plus éprouvantes.


D’un côté toute la famille adorait leur petite camarade à quatre pattes, mais de l’autre ils devaient se résoudre à la laisser partir Lili au paradis des chats. J’ai donc alors proposé d’amputer le membre atteint de Lili. Certes les frais d’une amputation ne sont pas donnés, mais ils demeurent tout de même beaucoup moins élevés que ceux relié à une chirurgie orthopédique avec tiges et cerclage.


Dans ce cas, l’amputation devenait envisageable et indiqué puisqu’elle permettait de sauver la vie de la belle Lili. Et c’est ce que nous avons fait ! Je suis donc allé en chirurgie enlever le membre fracturé de Lili. Nous avons fait une incision cutanée à mi fémur, et nous avons disséqué et sectionné l’ensemble des différents muscles de la patte de Lili. J’ai également ligaturé les veines et les artères du membre en faisant particulièrement attention à la veine et à l’artère fémorale particulièrement importante en taille et qui aurait pu causer une hémorragie possiblement fatale pour Lili. Le nerf sciatique a également été sectionné et j’ai pris soins d’effectuer une anesthésie locale avec de la lidocaïne sur le nerf afin d’éviter la douleur importante associer à la section de ce nerfs.


Comme la fracture de Lili était complète et se situait en mi- fémur, j’ai retiré la partie distale du membre de Lili. Dès lors, il ne restait plus qu’à extraire la partie restante du fémur, soit la partie du fémur qui se situait avant le site de fracture. J’ai donc disséqué l’os du fémur jusqu’à l’articulation coxofémorale, soit l’articulation de la hanche. Rendu à l’articulation en tant que telle, j’ai ouvert la capsule articulaire ce qui m’a permis de retirer la partie du fémur restante. Lorsque tout ceci fut accompli, l’amputation en tant que tel, soit le nerf de la guerre était terminé. Restait plus qu’à tout remettre ensemble. J’ai donc suturé les différents muscles sectionné plan par plan et j’ai finalement refermé les tissus sous-cutanés et la peau restante du membre amputé de Lili.


En médecine vétérinaire, l’amputation d’un membre est aujourd’hui beaucoup plus souvent envisagée comme alternative à l’euthanasie qu’avant. Il s’agit d’un choix très éthique. L’amputation d’un membre fait disparaître complètement l’origine de la douleur et de la souffrance de l’animale. Les chats amputés réapprennent à marcher sur trois pattes très rapidement. Ils modifient la répartition de leur poids et réapprennent à courir et à se déplacer en un rien de temps.


Il est tout à fait formidable de voir à quelle points nos amis a 4 pattes peuvent se débrouilles à merveille et devenir de fabuleux compagnon a seulement 3 pattes. Beaucoup de propriétaires seront retissant à faire amputer leur animal. Mais il faut bien comprendre que la plus part des animaux se remettent très rapidement d’une amputation. Ceux-ci pourront même courir comme avant. Ils se débrouillent si bien que souvent il faut faire mention que notre animal a été amputer pour que les gens qui ne sont pas familier avec celui-ci se rendent compte que l’animal a un membre en moins. Malgré, leur rétablissement rapide et leur retour à une vie quasi normale, certaines personnes resterons encore régissante à envisager une telle procédure pour leur animal.


Bien souvent, ceux-ci sont préoccupés du fait que leur animal va souffrir psychologiquement de la perte de leur membre. Il faut alors bien comprendre une chose : les animaux ont un avantage bien important comparé aux êtres humains. Ils ne subissent pas de préjudices de leur paire. Contrairement aux humais qui doivent apprendre à vivre avec les regards et les jugements des autres, les chiens et les chats amputer n’auront jamais à faire face avec ce désastre psychologique dont nous, les hommes, somme malheureusement particulièrement habille à infliger à nos pairs.


L’amputation du membre de Lili était donc des plus indiqué et je crois personnellement que, dans le contexte, les propriétaires de Lili ont pris une excellente décision. Non seulement Lili pourra continuer d’enjoliver leur quotidien, mais ils lui ont également sauvé la vie. Aujourd’hui Lili se porte à merveille et c’est remis à courir à gauche et à droite après tout ce qui bouge! Grâce à ces propriétaires, Lili a aujourd’hui encore de nombreuses et belles années devant elle et il est fabuleux de constater à quelle point elle se débrouille à merveille en tant que compagnon non pas à 4, mais a 3 pattes!


*Image de courtoisie

logo-facebook.png

Charles Vétérinaire
Propriétaire de la Clinique vétérinaire rue Ontario inc.
(514) 442-7010

charlesveterinaire@gmail.com

1205, rue Ontario Est, Montréal, QC, H2L 1R4

© 2020 Charles Vétérinaire. Tous droits réservés.